Vars Mountain Trail 2017

Vars Mountain Trail 2017


Tout a commencé un soir d’errance sur internet fin juin en cherchant quoi faire pour ma semaine de vacances estivales dans les Hautes-Alpes….Trail, trail, on se calme tout de suite, il s’agit ici de la COURTE distance « Col de Vars » 12,789 km, 465m D+  (oui, chaque mètre est important !). Donc, ma première expérience trail courte distance dans la « vraie montagne ».

vue plongeante sur mes semelles orthopédiques. sexy.

À l’heure où je vous écris, mon corps entier n’est que douleur (la faute à l’accro-branche de la veille aussi) MAIS j’ai adoré cette expérience et je vais tenter de vous raconter pourquoi.

L’avant-course

Pour moi, l’expérience de la course commence dès qu’on arrive sur le site internet et qu’on s’inscrit. Là franchement, ça donnait envie dès le début. Un joli site internet agrémenté de moultes jolies photos, toutes les infos utiles, chapeau, c’est très ergonomique en plus. Il y a des courses avec 100 fois plus de participants au départ qui n’ont pas un site aussi bien ficelé. L’inscription en ligne est simple et fonctionnelle et je trouve que les tarifs sont raisonnables (20€ pour le petit parcours). Clic, clac, payé, certificat médical envoyé, il ne reste plus qu’à patienter jusqu’au 29 juillet.

Le jour J, on arrive au village de la course (bien indiqué) une heure avant le départ et ouf ! Tout le semble à taille humaine, l’ambiance est très conviviale et j’apprendrai par la suite que nous sommes environ 200 à prendre le départ du parcours du col de Vars, par-fait ! Le retrait du dossard et du sac à goodies se passe sans aucun souci, tous les bénévoles sont très agréables, c’est fluide, pas de bouchons, organisation au top. J’en profite pour inscrire le mini-frangin à la course enfant-biathlon, là encore, tout est fluide. Il a lui aussi son T-shirt, dossard et petites bricoles cadeau, trop fier !

Le départ ou l’arrivée, je ne sais plus bien. Toujours est-il que mon petit frère est un chat pour préserver son anonymat.

On nous annonce le début de l’échauffement collectif….la zumba, franchement, non. Ça m’avait l’air totalement à côté de la plaque par rapport au public présent et à l’ambiance générale de la couse. La musique beaucoup beaucoup trop forte. À titre personnel, il me faut des trucs basiques et déhancher devant en avançant le pied droit et faisant un petit mouvement du bras gauche c’est beaucoup trop me demander. Next. D’ailleurs il n’y avait qu’une petite dizaine de timides volontaires qui suivaient cet échauffement (tant bien que mal).

Un petit briefing  » parcours-balisage-ravito », puis zou ! Compte à rebours ! Comme d’habitude, je me place tout au fond du sas en laissant la place devant à ceux pour qui ça importe vraiment 🙂 De toutes façons le chronométrage est à la puce et quand bien même il en serait autrement, je ne suis franchement pas à une minute près. Bref, on part !

La course

À l’inscription c’était vendu comme un 12km, 450m D+ : on en est assez proche donc ! Bon, j’avoue avoir maudit les derniers 789m et 15m D+ de rabe sur la fin, mais c’était vite oublié 🙂 Le parcours n’était pas trop traître (typiquement un profil « montée-plat-descente » ) et nous a fait profiter de paysages et terrains assez variés : caillasse, terre, boue floc floc, herbe, sous-bois, alpages etc. (Je me suis même pris une châtaigne au passage d’une  à clôture electrifiée…aïe aïe). Le balisage était assez bien fait du moment qu’on reste attentif ! Heureusement, quelques bénévoles bien identifiés et souriants étaient placés aux carrefours délicats.

Je n’ai malheureusement pas de photos de la course en elle-même mais il y en a plein (et la vidéo 2017 !) sur le site internet et la page facebook de l’évènement ! Il y a assez de matière pour prendre la mesure de la beauuuuté sublaïme (#cristinacordula) des paysages.

La majorité du parcours était constitué de petits sentiers où la queue-leu-leu était de rigueur, cependant je n’ai pas du tout été gênée par les embouteillages éventuels pour deux raisons : le premier kilomètre était propice aux dépassements et donc le peloton s’est étalé , les participants se plaçant naturellement en fonction de leurs allures relatives, donc clairement dans les derniers coureurs en ce qui me concerne 😀 Deuxièmement, les coureurs sont généralement attentifs et laissent passer s’ils se sentent talonnés. Bref, un « non-problème ». J’étais seule à 50m à la ronde sur la majorité du parcours.

Il y avait un ravito au 5e kilomètre qui m’a eu l’air tout à fait bien. Je ne m’y suis pas attardée, juste piqué au passage un bout de barre de céréales.

L’après-course

C’est avec mon petit frère que j’ai passé la ligne d’arrivée, l’ayant attrapé par la main quelques dizaines de mètres avant l’arche d’arrivée, il était tout fier ! Il y avait du monde à l’arrivée pour encourager les finishers, c’est toujours agréable !

Il me guette et hop, on finit la course ensemble !

Chrono 1h51, j’espérais faire ça en 2h donc je suis assez contente 🙂 Comment je me positionne par rapport au niveau global de la course ? Heu, mal 😀 ? 24/30 des seniors femmes et  166/204 toutes catégories et sexes confondus, on peut dire que je suis constante dans ma médiocrité, mais je m’en fiche un peu en fait 😀

À l’inscription on nous a donné un ticket repas, je pensais qu’on allait avoir un petit sandwich ou quelque chose du genre mais non ! Un repas complet, assis, avec plateau et couverts, entrée, plat, dessert, fruit et boisson. Royal. Tout cela ajouté au ravito final qui était très bien fourni. Bon, entre nous, j’avais encore l’estomac qui faisait des bonds à l’intérieur du coup je suis restée très raisonnable, mais si on avait une faim de loup, les bénévoles encourageant à se resservir ! C’est bien la première fois que je vois un festin final si bien organisé sur une course (VTT ou CAP), chapeau !

Comme je suis une grande sœur cool, je lui ai donné ma canette de coca.

Bilan

En bref, les trucs bien

  • Parcours magnifique
  • Organisation au top (pas de fouillis, ni de flottement, présence de bénévoles souriants et encourageants tout le long du parcours, ravitaillements impeccables etc.)
  • Ambiance très conviviale

Moins bien (parce qu’il faut bien chipoter un peu)

  •  L’échauffement collectif zumba musique à fond la caisse qui n’avait, à mon sens, pas de rapport avec l’esprit de l’évènement.

J’ai vraiment envie de retenter cette course l’an prochain, sur le parcours « moyen » 25kms si mon niveau et ma forme me le permettent (bon, et aussi l’organisation des vacances).

Le mot de la fin par mon petit frère de tout juste 8 ans, à propos du ravito final (dans lequel il a allègrement tapé) : « tu sais le buffet à la fin il était trop bon, j’ai mangé du saucisson, du fromage, des barres de céréales, du pain d’épice, des abricots secs, des pâtes de fruits, de la pomme, de la banane. Et j’ai même bu du coca ». Voilà.

+ There are no comments

Add yours