Apprendre à nager !

Apprendre à nager !


Cela fait maintenant un mois et demi que je me suis mise à la natation à raison d’un cours et de deux entraînements autonomes par semaine. Voici ce que j’en pense 🙂

Plouf !

Je ne suis pas aquaphobe, les cours de piscine en primaire ne m’ont pas traumatisée. Pour résumer, je dirai que ma relation à l’eau est tout à fait neutre. Ce qui n’est déjà pas mal pour un début…

Cette année, j’ai voulu à nager pour de vrai !

  • Parce que je ne sais pas (vraiment) nager. Et qu’en temps que touche à tout, j’ai envie d’avoir cette corde à mon arc.
  • Parce que c’est un bon complément aux sports que je pratique déjà : Vélo (VTT/Ville), course à pieds (Bitume/Campagne/montagne)…vous le sentez pas venir le petit plan triathlon ?
  • Parce que mon volume d’activité vélo de ville va diminuer (nouveau lieu de travail = trajet moins propice au vélo) et que j’ai besoin de me défouler en semaine.
  • Vision long-terme : la natation c’est le sport idéal quand tu es une baleine gestante, et que cela arrivera bien un jour ou l’autre (mais pas tout de suite !)

Je crois que ça fait assez de raisons pour s’y mettre non ?

Être un adulte débutant, c’est pas évident.

Bref, il fallait que je trouve des cours de natation pour adultes à Paris, si possible avec une approche bienveillante (je suis une petite chose fragile :D) et un véritable accompagnement. J’ai exploré les internets et suis tombée sur les sites de deux associations : Archimède et Les pieds dans l’eau. Ces associations sont plutôt orientées aquaphobie dans leur approche mais Archimède propose un éventail de niveaux plus variés et une formule annuelle qui me conviennent mieux. Mon choix se porte sur cette dernière et je me déleste donc de quelques deniers tout en profitant d’un « 3x sans frais » salvateur : Ne nous leurrons pas, les tarifs sont assez élevés pour une bourse modeste, je m’attends dont à un service pédagogique de qualité, un suivi personnalisé etc.

Voilà, c’est fait, je suis inscrite et il me reste trois semaines avant le début des cours pour m’équiper, flipper (« mais dans quoi est-ce que je me suis encore embarquée ?! ») et reprendre doucement contact avec un bassin rempli d’eau chlorée (je n’y avais pas mis les pieds depuis une bonne quinzaine d’années, si si). je me suis donc fait 5 séances en solo pour redécouvrir la délicieuse sensation de boire la tasse par le nez, de galérer à se rhabiller dans une cabine d’1 m² et de me rendre compte que mon niveau n’était pas aussi catastrophique que je ne le pensais.

Avant cela je suis allée chez Décathlon me trouver un maillot (puis rapidement un deuxième car mon rythme de 3x par semaine ne laisse pas assez de temps pour le séchage de la matière technique, alors j’alterne), petit bonnet de bain silicone, des lunettes, des tatanes en plastique et hop, j’étais fin prête.

En guise de préalable, j’ai également glandé sur des forums de natation (nageurs.com, natationpourtous.com, etc.) et des sites spécialisés (blog speedo, blog Nabaiji  etc.) pour me constituer une espèce de guide des bonnes pratiques (le savoir-vivre en piscine quoi), mais aussi me mettre à niveau sur le jargon, les termes techniques etc.

Les cours

Les cours se déroulent de 21h à 22h30 (dont une bonne heure dans l’eau). J’avoue que c’est tard mais nous avons ainsi la chance de disposer d’un bassin (20m) rien que pour les deux groupes de l’association qui ont cours ce soir là donc une quinzaine de personnes en tout. le groupe de niveau intermédiaire , dont je fais partie, comprend 8 personnes et une professeur (ex-nageuse de haut niveau).

ce que j’aime :

  • La pédagogie douce mais efficace. On est pas dans un club sportif et la piscine est petite  donc pas vraiment de longueurs enchaînées pour le dit de faire de l’endurance, on est plutôt là pour faire des exercices, être très attentif aux mouvements, à la respiration etc. La prof est extrêmement pédagogue et use de plein de métaphores pour nous faire comprendre les choses.
  • la variété des exercices, pour ne pas s’ennuyer, pour répondre aux besoins et attentes de chacun.
  • La prof vient avec nous dans l’eau. Vous avez déjà vu ça ailleurs ? J’ai toujours trouvé ça bizarre les MSN qui te montrent les mouvements hors de l’eau…

ce que j’aime moins :

  • Le bassin est petit, c’est parfois un peu frustrant…quand on a enfin chopé le bon mouvement, on est déjà arrivé au bout !
  • Une heure par semaine c’est trop peu tellement c’est bien 😀

Les entraînements autonomes

Je complète le cours du jeudi par deux séances par semaine, l’une un midi en semaine (30 minutes, pas possible de faire plus) , l’autre le week-end (45 minutes pour le moment). Ainsi je peux mesurer mes progrès mais également me défouler en enchaînant (ou pas :D) les longueurs. Les premières fois j’avoue que je n’étais pas à l’aise du tout : nouvel univers, activité que je ne maîtrise pas, sentiment de vulnérabilité…. je me cantonnais au « nawak », cet espace libre sans couloir où tout le monde fait un peu ce qu’il veut.
Depuis peu, j’ose enfin aller nager dans un couloir (celui des lents :D) et c’est beaucoup plus agréable !

Les bénéfices

Les bénéfices directs et indirects sont évidents :

  • Je sens que je commence à nager pour de vrai, je découvre la sensation de glisse et c’est extra ! En un mois et demi je suis passé d’un 500m/demi-heure à 1000m/demi-heure, voire plus les bons jours. De la même façon, je peux désormais faire 100m de crawl sans m’essouffler alors qu’au début je faisais très péniblement 20m. bref, les progrès sont énormes et la marge de progression encore plus : c’est extrêmement motivant !
  • Le haut de mon corps commence à se muscler (Oh wait ! j’ai des muscles dans les bras, youpi !)
  • mon endurance est meilleure dans tous les sports (en particulier pour la course à pied : meilleure gestion de la respiration, fréquence cardiaque plus basse à allure identique)
  • J’ai beaucoup de plaisir à aller nager le midi en semaine, la coupure avec le boulot est nette !

Cette pratique régulière a néanmoins son lot de petits inconvénients : Ma peau, surtout celle du visage, est très abimée et mes cheveux commencent à devenir paillasson… si vous avez des idées ou des produits (sans cochoncetés de l’industrie pétrochimique dedans c’est mieux), je suis preneuse.

 

 

 

 

 

 

+ There are no comments

Add yours